Ils sont invités à Regard 9

Bande dessinée, illustration, littérature

François Ayroles

Après un Bac scientifique (1988), il passe une année en fac d’histoire de l’Art (Panthéon-Sorbonne) puis intègre l’atelier bande dessinée de l’école des beaux-arts d’Angoulême (1989-1992). Son service militaire accompli, il commence à publier professionnellement dans la collection Regards Graphiques des éditions Autrement (Le retour de Dieu, 1994) en même temps qu’il entame une collaboration régulière avec les éditions L’Association, en particulier dans la revue Lapin. La même année, il intègre l’OuBaPo (Ouvroir de Bande dessinée Pontentielle). Il se diversifie en publiant pour la jeunesse (Nathan) ainsi que dans la presse (Libération, SVM Mac, Les Inrocks, etc.).
En 2002, il est contacté par Casterman. Il y réalisera Enfer Portatif (2003), puis Le Jeu des Dames (2007), son premier livre en couleur.
En 2003, Denoël Graphic lui propose d’adapter, en collaboration avec Ted Benoit, un scénario de film non réalisé de Raymond Chandler : Playback (2004).
Amateur de jazz et adepte du carnet de croquis, les éditions de l’An 2 publie un recueil de ses dessins En Concert en 2003.
En 2010, paraît aux éditions Dargaud le premier volume d’un diptyque scénarisé par Anne Baraou, Les Plumes.
À côté de ses livres à L’Association, François Ayroles collabore à de multiples ouvrages collectifs (Comix 2000, L’Appareil, Les bonnes Manières, Rockstrips,  etc.) chez différents éditeurs, ainsi qu’à plusieurs revues internationales (Spoutnik, Strapazin, Internazionale, Black, Spirou, Le Tigre, Franky et Nicole, etc.).
Il participe à de nombreuses expositions (OuBaPo, Toy Comix, Cent pour Cent, etc.)
En 2011, il fait partie du comité de lecture de L’Association.

Hervé Bourhis

Hervé Bourhis est né en Touraine en 1974 et vit à Bordeaux.
Si c'est "Le Petit livre Rock" (Dargaud, 2007) qui l'a fait connaître au plus grand nombre, il est l'auteur d'une dizaine de bandes dessinées depuis 2002, comme auteur complet ou scénariste.
Il travaille également pour la presse, dans le journal Spirou, ainsi que pour Télérama, Jade, Pilote et Magic !
Hervé Bourhis est également illustrateur, et scénariste pour le dessin animé.
Il a reçu le prix Goscinny en 2002 et le Prix Jacques Lob en 2010.

Olivier Ka

Olivier Ka est né en 1967 et comme il se plaît à le dire, sur les bancs de l’école, il a surtout appris à ne rien faire. Il quitte l’école dès que possible et après avoir testé plusieurs métiers il se plonge avec bonheur dans la littérature. Il écrit des romans pour adultes, des scénarios de bandes dessinées et surtout des histoires pour les enfants. Depuis 2000, Olivier Ka a décidé de suivre les traces de sa mère (Gudule) et d'écrire lui aussi des livres pour enfants.
Après avoir été animateur radio, photograveur, crêpier, claviste ou encore journaliste, il se lance dans l'écriture de romans pour adultes, de scénarios de BD et d'histoire pour les enfants.

 

Bibliographie sélective : Les contes imbéciles (ill. Alfred, L'Edune, 2009), La vie merveilleuse de la princesse Olga (ill. Olivier Latyk, L'Edune, 2009) Pourquoi j'ai tué Pierre (dessin Alfred, Delcourt, 2006 - Prix du public et Prix "Essentiels" du Festival d'Angouleme 2007).

Olivier Latyk

Olivier Latyk est né en 1976 à Strasbourg. Il fait partie du collectif Flambant Neuf avec Richard Guérineau, Régis Lejonc, Alfred et Henri Meunier. Olivier est illustrateur depuis maintenant dix ans, pour l’édition jeunesse (Albin Michel, Actes Sud, Bayard, Simon & Schuster, Templar Publishing, Hartcourt, Usborn). Il travaille également pour la presse aux Etats-Unis (New York Times, Wall Street Journal, Boston Globe, etc.) et le design d’objets (jouets, puzzles, mobiles...).
Il a été reçu en résidence de création à Bologne en 2011 dans le cadre des échanges entre la Région Aquitaine et la Région Émilie-Romagne organisés par Écla Aquitaine.

 

Bibliographie sélective : La petite Louise (Marc Perrone, Actes Sud Junior, 2013), L’imagier de la couleur (Naïve, 2013), Contemimes (Corine Albaut, Naïve, 2010).

Régis Lejonc

Régis Lejonc est né en avril 1967 à Suresnes, il a grandi près d’Annecy. Maintenant, il vit et travaille à Bordeaux. Autodidacte, il s’est d’abord consacré à la peinture avant de rencontrer Olivier Douzou en 1994 au moment de la création des éditions du Rouergue. Suite à la découverte de l’illustration par le livre pour enfant, Régis Lejonc s’est lancé dans l’écriture et partage son temps entre ses projets pour l’édition jeunesse, la publicité, la bande dessinée et la direction artistique pour le lancement et les débuts de la collection Zig-zag (éd. du Rouergue). Aujourd’hui, également pour L’Édune, éditeur jeunesse installé à Andernos, pour qui il a dirigé une collection L’abécédaire. Il fait partie des membres fondateurs de l’Atelier Flambant Neuf.

 

Bibliographie sélective : Le Dragon d’étoiles (texte Jean-Jacques Fdida, Didier Jeunesse, 2011), Obstinément chocolat (texte Olivier Ka, L’Édune, 2011), La Mer et lui (texte Henri Meunier, éd. Notari, 2013).

Jean-François Martin

Jean-François Martin est né à Paris en 1967. Formé au L.E.I. Rue Madame et à l'École Nationale Supérieure des Arts Appliqués et des Métiers d'Arts-Olivier de Serres, il débute sa carrière comme directeur artistique chez Bayard Presse, avant de devenir illustrateur. Il travaille à la fois pour l'édition (Thierry Magnier, Autrement, Albin Michel, Flammarion, Milan...) et la presse, en France (Libération, Télérama, Le Monde, XXI...) et à l’étranger (The New York Times, The New Yorker, The Guardian, The Washington Post, Time Magazine, The Wall Street Journal, Business Week, L'Actualité, The Boston Globe, The Progressive...). Jean-François Martin fait parti du collectif de graphistes 2 œufs baconp’tites patates. Il est le lauréat du BolognaRagazzi Award pour l’album fiction 2011 et du Grand prix de l’Illustration, 2012, du Musée de l’Illustration Jeunesse de Moulins.

Isabelle Merlet

©Nicolas Guérin
Isabelle Merlet, coloriste et dessinatrice, est une guerrière de la gaieté qui trouble nos atmosphères avec ses couleurs épicées et son univers délicieusement incantatoire. 
Formée à la fin des années 80 aux arts appliqués, elle s'applique depuis lors à ne rien faire comme les autres.
Coloriste, elle a donné le timbre à une soixantaine d'albums, dont “Lune l’envers” de Blutch.
Créatrice de figurines pour la maison Pixi, illustratrice occasionnelle pour Nathan et Milan, elle est une artiste protéiforme donnant corps à ses nombreux sortilèges.

Découvrez son travail de portraits, photo, ou couleur sur ses différents blogs notamment.

Christophe Merlin

Christophe Merlin est l’auteur et l’illustrateur de nombreux livres.

Des albums pour la jeunesse et des bandes dessinées pour les plus grands..

Souvent pris de l’envie d’ailleurs, il a aussi publié plusieurs carnets relatant ses périples sur la Langue de Barbarie, les rives du Bosphore, les Gath de Varanasi ou le lagon de Morombe.

Il dessine également pour la presse (Le Monde, Libération , XXI, …), ainsi que pour de grandes entreprises (Nespresso, Renault, …)

Il vit et travaille  dans un ancien atelier de mécanique, où il s’amuse à bricoler des automobiles de sport vintage qu’il pilote, avec son frère, sur des circuits de vitesse.

Jean-Denis Pendanx

Après une année préparatoire à l'école Estienne à Paris, Jean-Denis obtient un BTS Arts Appliqués au lycée Jolimont de Toulouse, puis suit les cours de l'École des Arts Décoratifs de Paris. Il décide de s'installer à Bordeaux où il se consacre à la bande dessinée. A Bordeaux, il a travaillé en atelier aux côtés de ses amis de longue date : Nicolas Dumontheuil, David Prudhomme et Christophe Dabitch – puis intégre en 2013 l’Atelier du Professeur Demons. Depuis Bordeaux, il garde un oeil bienveillant sur le pays de son enfance, Les Landes, où il va se ressourcer ou s'isoler. C'est là-bas bien souvent, qu'il se réfugie pour terminer un album en cours.


Bibliographie sélective : Tsunami (sc. Stéphane Piatzszek, Futuropolis, 2013), Jéronimus (sc. Dabitch, 2 tomes, Futuropolis, 2009), Svoboda ! (sc. Kris, 2 tomes, Futuropolis, 2012).

David Prudhomme

Même happé par l’ouvrage, de temps en temps lève ton nez…

Cette maxime, citée par David Prudhomme dans son ouvrage L’Oisiveraie 2 résume assez bien la philosophie de cet auteur soucieux « d’affiner » son travail en permanence. Ce n’est donc pas un hasard s’il s’associe à Pascal Rabaté, pour son arrivée chez Futuropolis, pour proposer une chronique familiale douce-amère, La Marie en plastique. David Prudhomme trouve un malin plaisir à toutes ces petites choses qui enlisent la vie dans le pas grand-chose et la coincent dans le rien du tout. Ce quotidien, David Prudhomme se l’approprie pleinement, en croquant, d’un trait de plus en plus épuré mais juste, des trognes d’hommes de la rue, icônes de zinc, avec un naturel et une économie de moyens que beaucoup peuvent lui envier.

« Parallèlement, en fait depuis toujours, j'alterne une veine grave et une fibre fantaisiste, du dessin classique aux « gros nez », de l'expressionnisme au mimétisme des figures, telle idée de grand écart qu'offre le dessin n'en finit pas de m'attirer et j'essaie de devenir de plus en plus souple ! Tout en restant ferme ! »

Bibliographie sélective : Rebetiko (La Mauvaise herbe, Futuropolis, 2009), La Traversée du Louvre (Futuropolis, 2012), Rupestre ! (collectif, Futuropolis, 2011).

Hector Sonon

Originaire du Bénin le berceau du vaudou, Hector Sonon est né le 23 octobre 1970 et débute sa carrière comme dessinateur de presse. Autodidacte, ses premières caricatures sont publiées dans le premier grand journal indépendant La Gazette du Golfe, puis dans les journaux satiriques comme Le Canard du Golfe au Bénin et Kpakpa Désenchanté au Togo.

Son dessin se forge ensuite dans plusieurs stage à L’école Supérieure des Arts Saint-Luc Bruxelles et dans divers ateliers de BD animés par Loustal, P’Tiluc, François Boucq ou Frank Giroud et Christian Cailleaux.

Tout en réalisant des albums pour la jeunesse, il participe à divers salons et festivals de BD, dont Les journées Africaines de la Bande Dessinée 1998 et 1999 à Libreville, où il reçoit le prix Découverte. Il obtient également le 1er prix Africa e Méditerraneo 2007-2008, pour son projet Darfour.

Invité au Festival International de BD d’Alger en 2009, il participe à l’album collectif : La BD Conte l’Afrique. En 2007, il participe également au collectif : BD Africa chez Glénat.

En 2011, il reçoit le prix du meilleur dessin et en 2012, avec Toubab or not Toubab, il reçoit le prix du meilleur album au Festival de BD d’Alger. Avec Toubab or not Toubab, il signe chez Casterman BD son premier album édité en France, un polar picaresque dans les rues chaotiques d’Abidjan.

Troubs

Troubs est né à Bordeaux en 1969, sous le patronyme de Jean-Marc Troubet.

Il a fait des études aux beaux-arts de Toulouse, puis d’Angoulême. Depuis, il vit en Dordogne, et, est devenu dessinateur-voyageur. Ses voyages en Chine, en Australie ou à Madagascar ont donné l’objet de plusieurs livres d’illustration ou de bande dessinée. Dessinateur contemplatif, amoureux de la nature et des animaux, il a également consacré un livre aux vaches Meuh, au près des vaches (2000). C’est ainsi qu’il raconte la réalité du moment qu’il magnifie en récit dessinée : La Bouille (2002) chez Rackam, Walkatju, carnet de route dans le désert australien (2003) et Troub’s en Chine (2006) chez Alain Beaulet, J’veux pas oublier mon chat (2007) chez Max Milo, Le paradis... en quelque sorte (2008) chez Futuropolis, Viva la vida (2009) et Le goût de la Terre (2013) à L’association et tout récemment Va’a aux éditions Futuropolis.

 

Musique, cinéma, théâtre

Isabelle Fruleux

Isabelle Fruleux à Regard 9 ©Pascal Therme

Dans le cadre de la programmation pluridisciplinaire du festival Regard 9, Christian Cailleaux et 9-33 invitent Isabelle Fruleux. Son travail théâtral est essentiellement axé sur les auteurs contemporains mais aussi des auteurs classiques dans le but d’aborder le texte comme une partition. Sensible depuis toujours aux liens unissant la musique et les textes, elle fonde à Bordeaux la compagnie Loufried et crée des expressions scéniques allant d'une lecture mise en musique à une distribution plus large avec scénographie, vidéo et polyphonie orchestrale. Ses créations ont été programmées dans des lieux aussi divers que le musée d'Aquitaine, le festival Culturel de Fort-de-France, le Quai Branly, le Centre Pompidou, les Institut Français d'Alexandrie, de Londres... Elle travaille actuellement sur le poème  "Les Indes" d'Edouard Glissant, qu'elle dirige en coproduction avec le théâtre Antoine Vitez d'Ivry et le Carré-Les-Colonnes. Pour cette création dont la sortie est programmée début 2016, son équipe est constituée de musiciens, scénographe, réalisateur et récitants.

Raphaël Imbert

Musicien autodidacte à quinze ans, il se présente au conservatoire de Marseille dans la classe jazz et y obtient le premier prix en 1995. Il crée à Marseille en 2002 avec des musiciens, sociologues, journalistes, mélomanes, le Collectif l’Enclencheur, qui défend un projet de réflexion intégrant la pratique du jazz dans une vision de la société plus globale, puis développe un projet pédagogique qu’il met en pratique au conservatoire de la ville ainsi que dans de nombreux séminaires, tels que le festival Jazz à Cluny.
Il est membre du Conseil d’administration de l’Orchestre national de jazz de septembre 2004 à septembre 2007 et remporte avec son groupe Newtopia Project le grand prix d’orchestre ainsi que le deuxième prix de soliste du 28e Concours national de jazz de la Défense en juin 2005.
L’un de ses domaines de prédilection est le spirituel dans le Jazz. Lauréat de la Villa Médicis hors les murs à New York, pour son travail sur les musiques sacrées, le livre de Raphaël Imbert «Jazz Supreme – Initiés, mystiques et prophètes», fruit de dix années de recherches sur les arrière-plans spirituels du jazz et des implications de la franc-maçonnerie noire américaine dans cette musique, vient de paraître aux éditions de l’Eclat, début 2014. De nombreux albums à son actif, dont : Méditations dans un cratère, Suite élégiaque, Pieces for Christmas Peace, Bach – Coltrane, New York Project,13 Miniatures for Albert Ayler, Live au Tracteur, Heavens - Amadeus & The Duke » chez Jazz Village/Harmonia Mundi.

Joseph Incardona

Joseph Incardona est né en 1969, de père sicilien et de mère suisse. Double national, il a appris très tôt à se méfier de Berlusconi et du secret bancaire.

Inconstant, angoissé, maniaco-obessionnel, hypocondriaque, il a les qualités de ses défauts.

Multipliant les changements d'adresses et les réexpéditions de courriers, il a fait sien l'adage voulant que "celui qui a le cul entre deux chaises n'a pas besoin de chaise".

Il est écrivain, scénariste et réalisateur. Il vit à Genève comme on vivrait dans un hôtel.

Le Cochon 311 du Hell's Fire Club

En 1946, les américains font des essais atomiques sur l'île de Bikini. à proximité de l’atoll, ils ont placé des bateaux de guerre, volés aux japonais, sur lesquels sont entassés de nombreux animaux, histoire de voir ce que ça donne quand la bombe leur pète à la gueule. Les animaux, affublés de numéros impersonnels plutôt que de petits noms charmants, meurent tous plus ou moins vite (étonnant non ?) sauf... le cochon numéro 311 qui s'en sort indemne et mourra de sa belle mort quelques années plus tard.

En janvier 2014, alleluïa, c'est la résurrection de l'animal que le passage par les enfers a transformé en trio de rock garage: Le Cochon 311 du Hell's Fire Club !

Mahalia

Née il y a quelques années (pas trop, mais quand même) à Bordeaux, Mahalia commence à raconter des histoires à 4 ans et grandit avec le piano, la danse classique, les arts martiaux, le théâtre, mais pas en même temps, sinon c'est le bazar.

Devenue grande, sortie de ses cols roulés orange en lycra et contrainte de renoncer à une carrière de chanteuse de R'n'B, parce que c'était mieux pour tout le monde, elle rencontre un libraire rigolo et des bibliothécaires enthousiastes qui vont l'inviter à lire en public. Là, c'est la révélation. Son monde change, elle fait de la lecture jeunesse son métier.

Les livres font vite partie d'elle, l'accompagnent dans le tram, dans les écoles, les jets privés, les crèches, les hôpitaux (il y a une erreur, cherchez-bien).

A son tour, elle invite des lecteurs, conteurs, guitaristes, percussionnistes, chanteurs, et autres camarades de jeux qui viennent l'entourer sur scène et enrichir ses lectures pour les transformer en véritables spectacles.

Mahalia vit toujours à Bordeaux dans un appartement noyé sous les livres et les rires de ses deux merveilleux enfants (parfaits, à l'image de leur mère) et quand elle en sort pour lire, chanter et faire la folle, elle fait sourire les ados, taper des mains les tout-petits et franchement se marrer les parents. Vous la croiserez peut-être près au coin d’une rue, allez savoir. Elle est facile à reconnaître, il suffit de chercher une grande tige qui traîne une valise à roulettes, le sourire malicieux au coin des lèvres. Si vous êtes sages, elle vous racontera une histoire.

Organic Soul

Ce trio à l’énergie explosive définit sa musique comme « nu afro beat » : un mix de rap, de reggae, d’electro et de soul à la sauce afro-cubaine.

Composition du trio :  

Declo : d’origine camerounaise, Claude Samnick aka Declo est directeur artistique du projet Organic Soul, Mister Declo est bassiste, beat maker, chanteur et choriste du groupe. 

Dj Mask : Maxime Brottes aka Mask, est saxophoniste ténor et baryton. Il est également DJ, ancien disquaire et collectionneur de vinyles. Dj Mask apporte une richesse harmonique épurée et envoûtante aux compositions d’Organic Soul. 

Yola : Organic Soul a pris un nouvel élan en 2010 avec l’arrivée de la charismatique Yola, artiste d’exception, qui a très vite pris le rôle de lead grâce à ses multiples talents de rappeuse, chanteuse, danseuse et percussionniste (Shèkèrè et Bata).

ORGANIC SOUL a présenté son  album "Out of Control" en live en novembre 2013 lors du Festival "Bulles d’Afrique" (Bordeaux), et planche sur un nouveau maxi attendu pour la fin 2014. ORGANIC SOUL a été playlisté et chroniqué en Belgique, USA, Japon, Hollande, Espagne… L’album est distribué jusqu’au Japon.

Leur deuxième album sortira l’hiver 2016.